Biographie

Gavin, Gavin, ça sonne toujours bien depuis que l’on a vu celui de Rachel dans « Friends ». Ça sonne encore mieux avec DeGraw , son « Just Friends » et son piano ou sa guitare. Dans « Chariot », son premier album, l’interprète-auteur-compositeur sait se montrer doux – notamment dans « More than anyone » - ou déchaîné. Dans les deux cas, Gavin DeGraw est toujours intense, toujours séducteur séduisant.

Gavin grandit dans un milieu musical. A huit ans, il commence à chanter et se met au piano. Pour certaines destinées, les fées se penchent sur le berceau. Chez Gavin, ce sont les noires, les blanches et les membres de sa famille qui le prédestinent à la musique et à sa vision : les notes seront une partie intégrante de sa vie, pas du business. En découvrant Ray Charles, Gavin approche le piano différemment. Il cherche à combiner, comme le grand Ray ou Sam Cooke, charme et engagement émotionnel. A l’adolescence, avec son frère, il fait dans la reprise. Puis, Gavin décide d’écrire ses propres chansons. Au lieu d’aller en cours, il préfère passer son temps à écrire. Quittant le New York de son enfance pour Boston, il rejoint la prestigieuse école de Berklee College of Music. Là-bas, Gavin DeGraw peut se consacrer à sa passion. Mais, malgré l’étude de la musique, son groupe de rock et ses concerts solo, Gavin n’est pas satisfait. Se sentant contraint, il finit par quitter l’école, aussi renommée soit-elle, et retourne chez lui. Là-bas, il exerce différents métiers et fréquente les clubs new-yorkais. A Manhattan, Gavin se retrouve sous les applaudissements d’un public peu nombreux, et sous ses félicitations. Les gens croient en lui. Ils sont sûrs de le retrouver bientôt, dans les médias, au sommet.



Dans l’Upper West Side – oui, là où habitent les filles de « Gossip Girls » -, Gavin DeGraw séduit tellement l’audience du club que la propriétaire, Debbie Wilson, devient son manager. Son nom commence à circuler dans la communauté musicale de New York. Et quand on vient l’écouter, il ne déçoit pas. Ses prestations, entre guitare et piano, sont fidèles à sa réputation. Le « Let’s Get It On » de Marvin Gaye ou le « Hallelujah » de Leonard Cohen ne perdent rien de leur intensité. Approché par une grande maison de disques, il ne cède pas à la tentation et continue sa progressive ascension.

En 2002, Gavin De Graw signe avec J Records. Son producteur, Mark Endert, a collaboré avec Fiona Apple. A Los Angeles, avec Michael Ward et sa guitare, Joey Waronker, batteur pour Beck ou R.E.M., et Alvin Moody et sa basse, il cherche un son sincère, à l’opposé du commercial, et enregistre « Chariot ». Son premier opus sort en 2005.

 

En 2008 sort son nouvel album "Gavin DeGraw" avec le premier single "In love with a girl"

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×